" Oli - Art'ox - Couleurs Caméléon "

Amélie Sonvaux

Textes : Amélie Sonvaux. 

 

 

--- -- - --- -- - ---

 

" Jurassique " - Acrylique... Abstrait 

 

Te souviens-tu?

Ces espaces infinis?

Nous étions tous des sauvages, tous égaux devant ce que la nature nous offrait.

Nous courrions au milieu des chevaux qui ne fuyaient rien.

Nous nous baignions dans les rivières où les poissions nous chatouillaient les orteils.

Bien sûr la survie était un combat et nos années d'existence précieuses mais nous profitions de tout, de l'air, de l'herbe et de toutes les resources possibles.

Garde les yeux fermés mon ami... garde les yeux fermés sur ce souvenir...

Ne les ouvre pas sur ce monde qu'ils détruisent...

 

10/2018

 

--- - --- - --- - --- - --- - ---

 

" Eclat de pépite et bulle de frisson "  : Acrylique... Abstrait

 

Un vrai temps de Toussaint!

Je suis là, comme une conne, seule devant ta tombe et je regarde les gouttes de pluie rebondir sur la pierre. 

Comme chaque année, je viens déposer une rose rouge, tes préférées.

C'est bien un truc d'humain ça, mettre des fleurs pour des morts alors qu'elles-mêmes vont se faner et périr!

Ton absence me bouffe, elle m’écœure. Je suis folle de rage contre le vide que tu as laissé.

Plus rien n'existe autour de moi, les contours de ma vie sont devenus flous et les couleurs sont comme ternies.

Mon cœur bat, je le sens dans ma poitrine, signe que je suis encore vivante. Mais il bat dans une entité creuse. 

Tu m'as laissé dans un monde qui ne veut pas de moi, où je n'ai pas ma place. Mon innocence est partie avec toi et pourtant je cours après elle, inlassablement.

Je suis la Don Quichotte du bonheur.

Voilà ce que tu as fait de moi, une guerrière chimérique!

 

Paris, cimetière de Bagneux, août 2018

012 - Copie - Copie.JPG

 

--- - --- - --- - --- - --- - ---

 

" Flammes du désir " - Acrylique... Abstrait

 

Ton souffle au creux de mon oreille,

Ta respiration saccadée,

Ton cœur qui s'accélère, 

Ta peau brûlante sous mes doigts,

Un vide s'est créé en moi,

mes organes ont été remplacés par un feu ardent que tu nourris un peu plus à chaque fois.

Ton regard est un foyer de braise dans lequel je me brûle avec délectation.

L'attente si douloureuse attise mon imagination...

Toi, ton corps, tes caresses, ta voix...

Viens, étouffe cet incendie, toi seul à ce pouvoir...

 

Amélie2018

 

--- - --- - --- - --- - --- - ---

 

Planète f. : Acrylique... Abstrait

 

Petite planète fantaisiste,

c’est à toi que je rêve quand tout est triste.

 

Petite planète fabuleuse,

que je voudrais rejoindre quand je suis malheureuse.

 

Petite planète filante,

sans cesse tu reçois les vœux que les enfants inventent.

 

Petite planète fantastique,

tu relances les notes quand fini la musique.

 

Petite planète flamboyante,

c’est dans mon cœur que tes couleurs m’enchantent.

 

Petite planète facétieuse,

qui m’offre un sourire lorsque la route est sinueuse.

 

Petite planète fanfaronne,

tu me donnes de l’espoir quand mes forces m’abandonnent.

 

Petite planète fière,

n’entends-tu donc pas mes prières?

 

Petite planète fiévreuse,

souffres-tu aussi tant tu es silencieuse?

 

Petite planète fanée,

pourquoi ne m’aides-tu pas depuis toutes ces années?

 

Petite planète fétide,

je te vois comme tu es, si pâle et si sordide.

 

Petite planète factice,

le mot « espérance », voilà quel est ton vice.

 

Petite planète funeste,

le combat est terminé, je te rejoins oh céleste…

 

Texte: Amélie Sonvaux – 08/2018

 

--- - --- - --- - --- - --- - ---


Chers parents,

 

 

Je vous écris sans savoir si un jour cette lettre vous parviendra.

 

Mais cela me fait du bien de coucher sur papier ce que je vis avant de perdre complètement la tête. Cette guerre nous rendra tous fous.

 

Cela fait des mois que nous marchons vers l’est et je ne sais même plus pourquoi.

 

En fait, je ne sais plus pourquoi je fais ce que je fais depuis 5 ans.

 

J’obéis aux ordres comme un bon toutou et c’est la seule chose qu’on attend de moi ; ne pas penser, ne pas poser de questions, ne pas avoir de sentiments.

 

Depuis presque deux semaines nous avançons entourés par la neige.

 

Celle que j’aimais tant étant gamin et que j’exècre maintenant.

 

J’ai l’impression que c’était il y a mille an…

 

Mon corps n’est qu’une blessure et qu’une douleur, mes pieds sont en sang, mon estomac me réclame sans cesse la nourriture qui ne vient pas et les pansements que l’on a posés sur mes plaies ne sont que des leurres destinés à apaiser mon âme.

 

Mon âme…. Priez pour son salut mes parents adorés, priez pour que toutes les horreurs que j’ai commises soient pardonnées.

 

Pour que le mal que je laisse derrière moi soit absout.

 

Demain, je fêterai mon 17ème anniversaire et j’espère que vous soufflerez une bougie en pensant à moi et aux fêtes que nous faisions alors.

 

Je dois vous laisser mes chers parents, un ordre est tombé, un de plus…

 

Nos ennemis sont proches et je dois encore faire couler le sang…

 

Auf Wiedersehen ... Ich liebe euch beide von ganzem herzen...

 

 

Texte: Amélie S - 07/ 2018

 

025 - Copie - Copie.JPG

 



19/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres